blog por Elisabeth d'Ornano

Prévention

ecare-fr
31/03/2021

Parler de prévention c’est parler de promotion de la santé, comme nous l’avons déjà dit à plusieurs reprises.

Il y a des personnes qui naissent avec une prédisposition génétique à souffrir certains troubles. Dans le cas du TDH, il a été démontré que ce trouble pourrait ne pas donner de symptômes si l’on crée un environnement chargé de facteurs protecteurs.

J’aimerais souligner l’importance de générer ces facteurs dès que possible, presque dès la conception, afin de favoriser la santé mentale des garçons et des filles.

On peut commencer la prévention avant même la naissance de la personne, grâce à une planification adéquate de la grossesse, d’une canalisation adéquate du désir d’être parents, d’un soin du couple permettant à chacun de ses membres, père et mère, de vivre sa paternité à part entière, en assumant la responsabilité que suppose prendre soin d’un être qui, à ses débuts, est absolument dépendant.

Ma principale intention est d’encourager des habitudes contribuant à améliorer notre santé mentale dès que vous êtes enceinte, aidant ainsi à prévenir l’apparition de certains troubles qui génèrent le plus de souffrance chez les garçons et les filles.

De nos jours, il existe des tests et recherches qui prouvent que la façon dont le bébé se développe dans l’utérus affecte l’enfant pendant toute sa vie. Et la manière dont le bébé se développe dans celui-ci dépend de l’état de la mère, de son alimentation et de ses émotions, comme l’explique Vivette Glover, chercheuse en psychobiologie périnatale de l’Imperial College London, qui affirme : « Mais maintenant nous nous sommes rendu compte que la psychologie de l’enfant ne commence tout simplement pas à la naissance mais dans l’utérus maternel. »

Étant donné l’importance que supposent la prévention et l’état émotionnel d’une mère lors de la gestation, j’ai voulu développer un projet nouveau. Il s’agit de la Fondation eCare Acompaña, grâce à laquelle j’essaie de servir de guide d’accompagnement aux mères et de les soutenir dans les peurs et angoisses surgissant lors de la grossesse et après l’accouchement afin que d’une certaine façon elles ne se sentent pas seules.
J’espère, grâce à cette Fondation, pouvoir aider à prévenir ou à amortir l’impact d’un état émotionnel négatif et nocif pour les bébés.

 

artículos relacionados